Jugetsudo : Boutique de thé vert japonais haut de gamme à Paris

Prune du Japon

Prune
Partager cet article

L’umé : prune du Japon

Si tout le monde connait l’importance du cerisier au Japon, celle de la fleur de l’abricotier japonais ou umé est moins évidente. Pourtant, l’umé, que l’on appelle souvent « prune japonaise » en français pour la ressemblance du fruit à une prune plutôt qu’à un abricot, était, jusqu’à l’ère Heian (794 – 1185), la fleur la plus aimée des Japonais.

Lorsque vous regardez bien, la fleur d’umé est partout au Japon. On la retrouve dans l’armoirie de grandes familles de seigneurs. Elle est représentée sur le paravent intitulé « Fleurs de prunier rouges et blanches », une des plus belles pièces de l’artiste Ogata Kôrin (1652-1716). Contrairement au cerisier qui doit être d’un rose pâle presque blanc et tomber comme des flocons de neige pour symboliser notre monde éphémère, la fleur d’umé peut-être d’un rose soutenu et solide car elle représente non seulement le printemps mais aussi parfois la force. Plus touchante, on la mange, sous la forme d’un gâteau de thé du printemps. Malgré de nombreuses variétés et formes, stylisée, elle est presque toujours représentée avec 5 pétales.

Les fleurs occupent une place cruciale dans la culture japonaise, plus que dans toute autre culture du monde. C’est en partie grâce aux moines bouddhistes qui en firent leur joie et leur passe-temps favori. Un passe-temps qui fut ensuite ennobli et partagée par toute l’aristocratie, à commencer par le Shogun, l’Empereur et les samouraïs…le thé japonais ne saurait être complet sans ces fleurs à contempler, cette nature à chanter. Seul ou en toute convivialité, le Japonais d’une époque moins mouvementée que la nôtre se plaisait à siroter une tasse de thé, déguster par le nez et la bouche ces parfums et ces saveurs de la nature, tout en dégustant par les yeux les joies silencieuses des fleurs qui s’ouvrent.

0
preloader