KENGO KUMA

隈 研吾

 

Architecte de la Boutique « Maison de thé japonais Jugetsudo »

Kengo Kuma

Le « temple aux bambous », sorte de féérie du thé, que Kengo Kuma a imaginée pour la Maison de thé japonais Jugetsudo du 95, rue de Seine à Paris, reprend, dans son dessin tout de transparence, de légèreté, les grands thèmes de sonœuvre remarquable. Kengo Kuma n’écrit-il pas, à propos de son propre travail : « Je veux effacer l’architecture », ce qui le conduit à inventer sans cesse de nouveaux procédés, de nouveaux objets.

Aussi la Boutique Jugetsudo, conçue par un architecte hors normes, saura s’intégrer, par son élégance simple et légère, dans l’architecture classique et l’atmosphère du quartier de Saint-Germain-des-Prés.Cette « alliance de tradition et de modernité » que Maki Maruyama a perçue dans le travail de Kengo Kuma l’a convaincue, par sa similitude avec son propre projet, de faire appel à lui.

La Boutique de thé japonais Jugetsudo sera donc la première œuvre de Kengo Kuma en Europe, avant la Cité des Arts et de la Culture de Besançon, prévue en 2011.

 

"J’ai voulu faire un espace qui évoque une clairière dans un bois de bambous. Il se respire dans ces bois un air différent de celui du monde ordinaire : il y rayonne une lumière qui n’est pas la lumière habituelle. Au milieu de cet espace spécial  j’ai placé une planche de cyprès du Japon, massive et sans nœud. La tradition japonaise attribuait à ce bois le pouvoir magique rendre lisse ce qu’on pose dessus. J’ai souhaité que les gens devinent qu’ils goûtent à la nature du Japon en posant leurs mains sur ce comptoir. Au sous-sol est une salle dallée de pierre, consacrée à la cérémonie du thé, un lieu au mystère intéressant, sorte de grotte souterraine dans Paris. Je voudrais qu’on y découvre un autre aspect du thé vert."

 

Kengo Kuma en quelques dates

Né en 1954 à Yokohama, Kengo Kuma obtient son diplôme d’architecture en 1979 à l’Université de Tokyo, suivi d’un cursus à l’Université Columbia à New York. Il crée  son studio de création « Spatial Design » en 1987 puis son agence d’architecture « Kengo Kuma & Associates » en 1990.

Kengo Kuma doit sa réputation à ses nombreux projets en Asie, notamment le Mur de Bambou du village de Soho, en Chine du Nord. Il a obtenu de nombreuses distinctions, dont l’Architectural Institute of Japan Award en 1997 et le Grand Prix AIJ Tohoku Chapter for Design en 2000. La Cité des Arts et de la Culture de Besançon sera inaugurée en 2011, vaste projet pour lequel se sont associés trois maîtres d’ouvrage, la Région de Franche-Comté, la Ville de Besançon et l’Agglomération.

 
Principales réalisations de Kengo Kuma

2007    Tokyo Midtown, Suntory Museum et Tiffany Ginza, à Tokyo

2006    Z58 à Shanghai (Chine)

2003    Daibutsu, Great Buddha Hall, à Yamaguchi (Japon)

1998    Musée Ando Hiroshige à Tochigi (Japon). Notons ici que le grand Hiroshige est célèbre pour sa série d’estampes sur le thé.

1997    Musée Kitakami Canal à Miyagi (Japon)